Le sport pendant la grossesse

sport et grossesse

Le sport pendant la grossesse 

Vous aimez le sport mais vous avez peur d’en faire pendant la grossesse ? Pom’ de Reinette le comprend bien… Alors, on a demandé des conseils à Walea Club, notre partenaire. Nous les remercions pour leurs réponses très complètes ! Toutes les infos du texte sont issues du cahier « je suis enceinte, je fais du sport » édité par le Pôle ressource national « Sport, éducation, mixités, citoyennetés » du ministère des sports et de la Jeunesse qui se base sur de nombreuses études scientifiques.

Quels sports sont conseillés pendant la grossesse ?

Pendant leur grossesse, les futures mamans peuvent tout à fait pratiquer une activité physique régulière et adaptée. Non seulement elles le peuvent, mais l’ensemble des professionnels de santé s’accordent aujourd’hui pour dire qu’elles devraient le faire. C’est excellent pour leur santé, celle de bébé !

Le choix est assez large.

Généralement, pour des femmes enceintes, on conseille la pratique de 3 types de sport : les sports portés, les sports d’équilibre et les sports avec de faibles impacts au sol.

Parmi les sports portés, on a le choix entre la natation, l’aquagym, le vélo ou encore le vélo d’appartement. Dans la catégorie des sport d’équilibre, on va retrouver le yoga, la danse, le tai-chi, le Pilates, la gymnastique douce. Enfin, la marche, le tennis et le jogging font partie des sports avec impacts au sol.

Toutes ces activités ne représentent aucun danger pour la santé des futures mamans et de leur bébé. Bien au contraire, elles vont leur permettre de prévenir ou de réduire certains désagréments liés à la grossesse. Et elles ont l’avantage de pouvoir être pratiquées tout au long de la grossesse.

Il n’y a plus qu’à choisir l’activité qui convient à chacune.

En revanche, les sports de contact doivent être évités pendant toute la grossesse. Ce sont les sports de contact collectifs (foot, handball, basket, évidemment le hockey, rugby etc) et les sports de combat (karaté, taekwondo, judo, boxe, lutte…). Il faudra choisir des variantes plus zen.

Il faut bien souligner que certains sports sont formellement contre-indiqués et dangereux pour la femme enceinte et son bébé. Il s’agit notamment de la plongée subaquatique avec bouteille. Ce n’est pas le moment de jouer au Grand Bleu !

Restent les sports avec des risques de chutes inhérents à la pratique : on pense au ski et à tous les sports de glisse, au VTT, à l’escalade, à l’équitation. Là, tout dépend du niveau de la pratiquante. Il faut envisager les situations au cas par cas, avec son médecin et éventuellement son coach sportif. Une chose est sûre : enceinte, ce n’est donc pas le moment de s’initier à ces pratiques.

On a toutes en tête des images de femmes enceintes courant un marathon ou soulevant des poids impressionnants. Ce type d’image se répand de plus en plus dans les médias et les réseaux sociaux.

Evidemment, il est formellement déconseillé de tenter de faire la même chose pendant votre grossesse.

Mais ces photos ont le mérite de montrer que le sport de haut niveau peut être pratiqué même enceinte grâce une préparation intense et un suivi médical adapté !

La pratique du sport pendant la grossesse n’est plus un tabou.

Une femme enceinte peut-elle faire du sport à chaque étape de sa grossesse ?

En l’absence de contre-indications médicales ou obstétricales, les femmes enceintes devraient continuer à pratiquer une activité physique ou sportive adaptés à ses envies et son niveau.

Si sa grossesse se déroule sans difficulté, une future maman pourra pratiquer l’activité de son choix parmi les sports portés, d’équilibre ou d’impact jusqu’au jour de son accouchement. Ou presque…

La plupart des femmes enceintes constateront rapidement que le tennis et le jogging deviennent vite inconfortables à partir du 2nd trimestre de la grossesse.

Il faudra aussi adapter les positions de gym, de Pilates ou de yoga pour ne ressentir aucune gêne et surtout laisser de à son ventre toute la place qu’il mérite 😉

Mais ce qu’il faut bien retenir, c’est que pendant sa grossesse, plus que jamais, une femme enceinte doit écouter son corps et ses sensations. Tant que sa pratique sportive reste un plaisir, il n’y a pas de problème. Mais dès qu’elle commence à être fatiguée, essoufflée, il faut suspendre son activité. C’est encore plus vrai si elle ressent des douleurs. Dans ce cas-là, non seulement, il faut se reposer mais aussi consulter rapidement un médecin.

Quelles sont les précautions à prendre ?

La toute première des précautions, la précaution incontournable à prendre, est d’avoir l’avis positif de son médecin pour pratiquer n’importe quelle activité physique qu’elle soit douce ou non. C’est une nécessité absolue.

Le cas échéant, le médecin délivrera un certificat médical pour une activité en groupe ou en tout cas donnera un avis positif  pour une pratique de loisir (nage, marche…).

Ensuite, les femmes qui attendent leur bébé doivent choisir leur activité dans la liste recommandée.

Les débutantes devront se contenter d’une pratique à intensité modérée : 30 min par séance, avec une pause au bout de 15 min, 3 fois par semaine.

Elle ne doit pas dépasser 50 à 70 % de sa fréquence cardiaque maximale. Pour rappel, on calcule la fréquence cardiaque maximale de cette façon : 220 – âge.

Sinon le test de parole est un premier élément pour mesurer l’intensité de la pratique. On a du mal à parler et à tenir une conversation pendant la pratique de l’activité physique   ? Alors, on arrête.

 

Quels sont les bienfaits de la pratique d’un sport pour la future maman et son bébé ?

Les bienfaits de la pratique du sport pendant la grossesse sont multiples à la fois pour la maman et pour son bébé. Les médecins et sages-femmes n’ont plus aucun doute là-dessus.

Toutes les études montrent que la pratique régulière d’une activité physique modérée et adaptée à la grossesse est bénéfique.

Parmi les avantages, on peut noter notamment :

– La lutte contre la fatigabilité, surtout pendant le 1er trimestre

– La lutte contre la prise de poids notamment lors du 2e et 3e trimestre

– La diminution du risque de diabète gestationnel

– La prévention et la diminution les douleurs dorso-lombaires

– Le lutte contre le sentiment de mal-être, d’anxiété, de dépression

Les médecins ont aussi noté qu’au moment de l’accouchement, la pratique régulière d’une activité physique permet d’optimiser les efforts de poussée, lors de l’expulsion de bébé, et donc de diminuer l’utilisation des forceps.

Quels sont les risques d’une pratique trop importante ?

Les risques vont se situer à plusieurs niveaux. Une pratique excessive peut simplement fatiguer la future maman. Mais elle peut aussi être à l’origine de différentes douleurs (dos, genoux, bassins), voire provoquer des contractions.

Le moindre désagrément implique l’arrêt de la pratique sportive et la consultation d’un médecin.

C’est pour toutes ces raisons que les femmes enceintes doivent être à l’écoute de leur corps. Au travers d’une activité sportive ou physique pendant la grossesse, elles doivent être à la recherche d’une sensation de plaisir et de bien-être et non pas dans une dynamique de compétition.

Il faut que chacune respecte ses limites.

Les femmes enceintes qui pratiquent un sport ont-elles plus de chance de retrouver la ligne après la grossesse ?

Certainement. La pratique d’activités physiques et sportives régulière et adaptée pendant la grossesse permet de limiter la prise de poids pendant la grossesse. C’est la meilleure façon de ne pas accumuler trop de kilos ! Les femmes enceintes sportives limitent le développement de la masse grasse. Et leur masse musculaire est en partie préservée grâce aux exercices pratiqués. Moins de kilos pendant la grossesse, moins de masse grasse, plus de muscles = plus de facilités retrouver sa ligne après la naissance de bébé. CQFD !

Evidemment, tout dépend de chaque femme et de son métabolisme. Il faut que les jeunes mamans prennent le temps de perdre leurs kilos de grossesse. Il ne faut pas que ça devienne une obsession. On dit qu’il faut 9 mois pour faire un bébé et autant pour perdre ses kilos.

En quoi les cours WALEA sont-ils prévus spécialement pour les futures et jeunes mamans ?

Tous les cours proposés par Walea Club sont adaptés aux besoins des femmes enceintes, à leurs contraintes physiques et à leur physiologie. Ce sont des activités qui sont développées pour les femmes enceintes et non pas seulement adaptées à leur grossesse.

Gym douce, Pilates, Yoga… Tous les coachs qui interviennent sur notre plateforme  dans le Club 9, l’espace forme et bien-être des futures mamans, sont tous diplômés et ont une expérience particulière auprès des femmes enceintes. Ce sont des personnes qualifiées, compétentes et expérimentées. Les exercices proposés sont ainsi sans danger pour les futures mamans puisqu’ils ont été sélectionnés et pensés pour elles.

Ils permettent de tonifier le corps en douceur, de soulager les tensions et bobos de la grossesse mais aussi d’apprivoiser ce nouveau corps, de se sentir belle et d’être plus à l’écoute de bébé in utero.

Les exercices sont filmés dans un cadre apaisant, de façon à être facilement reproductibles à la maison. Le fait que les cours vidéo soient en ligne laisse une grande liberté aux futures mamans : pas de contrainte de déplacement ou d’horaires. Nous savons que les femmes ont peu de temps à se consacrer et nous leur facilitons l’accès à cette bulle de bien-être. Et le p’tit truc en plus, c’est qu’il n’y a aucune pub sur l’ensemble des cours proposés.

Nous voulons travailler avec les femmes dans le respect de leur corps et non pas dans une recherche absolue de résultats ou d’une silhouette idéale. Nous voulons leur apporter un sentiment de bien-être et de confiance en elle sur le chemin de leur maternité.

 

Pour vous rendre sur leur site : http://www.walea-club.com/

Vous pouvez également avoir un abonnement d’un mois au WALEA Club est offert pour votre 1ère commande chez Pom’ de Reinette en cadeau de bienvenue !

Pour commander votre première box : www.pomdereinette.fr 

Anne-Sophie DELAMARE

Laisser un commentaire